novembre 2010

Correllengua 2010

Aujourd'hui nous avons célébré l'acte de clôture du Correllengua. Cette année, cela fait 351 ans que le traité des Pyrénées a été signé. Arrivé place de Catalogne, d'où devait partir la manifestation, j'ai remarqué qu'il y avait moins de monde que d'habitude : apparemment, à ce que l'on m'a expliqué, on a demandé aux gens qui devaient venir de loin de s'abstenir, en raison de possibles blocages à l'entrée de la ville dus à la réforme des retraites. Je me suis fait refiler une de ces pancartes portant l'inscription « X pel català », avec X ∈ {villages de Catalogne Nord}. Je suis tombé sur Bula d'Amunt (Boule d'Amont), qui est ce village des Aspres au pied du prieuré de Serrabonne qui possède une église romane minuscule, mais particulièrement remarquable.

J'ai eu le temps de saluer quelques connaissances, et de jeter un coup d'œil sur un étal proposant des « produits dérivés », tels que des T-shirts et des autocollants portant le slogan [« utilitza la llengua »][images] qui a un certain succès dans notre pays depuis un certain nombre d'années. Après vingt ou trente minutes, nous nous sommes mis en marche, pour passer par le boulevard Clémenceau, devant la préfecture, avant de monter par la rue de la Fusterie et de descendre jusqu'au Castillet par la rue de l'Argenterie, tout en chantant le traditionnel :

Catégories

Font Estramar

Font Estramar est le nom d'une résurgence karstique, à l'extrême nord du pays, après Salses, sur le bord de l'étang, à quelques centaines de mètres de la Porta dels Països catalans, et à quelques kilomètres de Fitou dans l'Aude. Aujourd'hui elle se trouve près de l'autoroute, mais on peut y accéder par la D900 par un tunnel qui passe par-dessous.

J'en ai découvert l'existence grâce au dernier livre de l'hydrogéologue Henri Salvayre. De fait, il s'agit de la curiosité hydrogéologique la plus importante de la Catalogne Nord, bien que comme beaucoup cela faisait des années que j'y passais à 130 à l'heure sans même le soupçonner.

C'est une cavité, aujourd'hui inondée, qui s'est formée au Messinien, c'est-à-dire il y a entre 7,2 et 5,3 millions d'annés, quand le niveau de la mer Méditerranée était plus bas — au point même d'être totalement asséchée à un certain point. Les plongeurs en ont cartographié 2750 m ; la plus grande partie du réseau de trouve entre 20 et 50 m, mais dans la partie nord l'équipe de Cyrille Brandt est descendue jusqu'à 160 m sous le niveau de la mer. On suppose que cette galerie pourrait s'enfoncer jusqu'à 300 m. L'endroit semble être assez connu dans le monde de la plongée souterraine ; jetez un œil à cette vidéo d'une plongée à Font Estramar, et à cette page web dédiée au site.